les implants monofocaux

Rappel :

La chirurgie du cristallin consiste à remplacer la lentille cristallinienne par une lentille artificielle (implant intraoculaire). La puissance optique de cet implant est calculée avec une très grande précision pour chaque œil, afin de corriger grâce à la chirurgie, pour chacun des deux yeux, les défauts de la réfraction (myopie, hypermétropie, astigmatisme, et presbytie).

Indication :

La correction des défauts de vision par chirurgie du cristallin peut être proposée à tout patient de plus de 55 ans ayant une perte complète de son pouvoir accommodatif c'est-à-dire une presbytie totale ou au minimum de 2.5 Dioptries et présentant des défauts de vision associés, que le cristallin soit cataracté ou clair, et à condition que l'examen ophtalmologique soit, par ailleurs, strictement normal.

Technique :

L'implant intraoculaire est une lentille composée d'un matériau inerte synthétique transparent, le plus souvent souple, parfaitement bien toléré par l'œil qui n'entraîne pas de rejet et qui possède une puissance optique qui corrige l'aphakie (absence de cristallin) ainsi que les défauts de vision associés.
La puissance de l'implant, adaptée à chaque œil de chaque patient, est calculée d'une manière très précise au cours du bilan préopératoire. (cf bilan préopératoire)

L’intervention :

Sauf cas particulier, l'intervention se fait en ambulatoire, c'est-à-dire sans hospitalisation. Le patient reste environ 3 heures à la clinique. Les 2 yeux ne sont pas opérés le même jour mais à 15 jours d'intervalle.

Une heure avant l'intervention, la pupille est dilatée à l'aide de collyres.
L'anesthésie, presque toujours locale, se fait par instillation de collyres anesthésiques.
L'ablation du cristallin se fait par phacoémulsification, technique utilisant des ultrasons à travers une petite incision du globe oculaire de quelques millimètres.
Le cristallin est ensuite remplacé par l'implant intraoculaire, dont la puissance a été calculée au préalable. Il est injecté replié pour se déployer et se fixer à l'intérieur de l'œil.
Grâce à l'anesthésie locale, le patient reste conscient pendant toute l'intervention qui dure entre 10 et 30 minutes.

Précautions Post-Opératoires :

Il est indispensable d'éviter tout risque de traumatisme oculaire ainsi que tout risque infectieux après l'intervention. On conseille donc, par exemple, d'éviter les lieux poussiéreux pendant une semaine.
La douche et le shampoing, avec précautions, sont autorisés dès le lendemain de l'intervention.
Le maquillage peut-être repris le 8ème jour, pour éviter tout traumatisme de l'œil et parce que les produits utilisés pour le maquillage sont parfois irritants ou allergisants. Le savon et le parfum peuvent être utilisés dès le lendemain de l'opération.
La conduite automobile de jour peut être reprise au bout d'un à quatre jours mais il faut parfois attendre huit à trente jours pour conduire la nuit, le temps que l'inconfort lié à la présence d'éblouissements ou de halos lumineux en vision nocturne diminue.

Résultats :

1. La récupération de la vision
La précision est très grande avec les nouveaux moyens de calcul de la puissance de l'implant.
La qualité de vision est le plus souvent très améliorée surtout chez les forts amétropes mais seulement lorsque les 2 yeux ont été opérés.
La récupération de la fonction visuelle après chirurgie avec implantation intraoculaire est quasi-immédiate puisque les patients récupèrent pratiquement la totalité de leur vision définitive environ douze heures après l'intervention.
Il est cependant impossible de garantir une excellente vision sans lunettes, à la fois de loin et de près. Les résultats variant en fonction de l'importance du défaut visuel initial et des limites des techniques chirurgicales utilisées. Si l’acuité visuelle est insuffisante, la prescription d'une correction optique ou, à défaut, un complément chirurgical peuvent être envisagées.

2. La stabilité du résultat
Quelle que soit la technique utilisée, la stabilisation complète de la vision se fait entre le premier et le sixième mois suivant l'intervention. Une fois le résultat obtenu il est définitif.

Aléas :

Les effets secondaires, les aléas et les risques existent même après une chirurgie qui s'est parfaitement bien déroulée.

1. Les aléas sont essentiellement réfractifs.

Les résultats fonctionnels de l'intervention ne peuvent être garantis à 100 %. Il peut arriver en effet qu'un léger déficit visuel persiste après l'opération. Il sera ressenti différemment selon :
Il sera ressenti différemment selon :

- Les patients
- l'intensité du défaut réfractif initial (les patients qui ont une amétropie forte sont les plus demandeurs de correction)
- les situations de la vie courante.

Ce déficit visuel est le plus souvent annulé par une prescription de verres correcteurs en particulier pour conduire correctement la nuit ou pour la lecture prolongée par exemple. Il peut être parfois proposé de corriger l'amétropie restante par une intervention de complément au laser Excimer, après un délai de 6 mois minimum ou très exceptionnellement de changer la puissance de l'implant.
D'une façon générale, même si un certain degré d'amétropie persiste après l'intervention, la chirurgie doit permettre de se passer de verres correcteurs de loin ou de près en fonction de ce qui aura été choisi par le patient.

2. Les Complications

Les complications sont rares. Ce sont surtout l'infection, les complications rétiniennes (oedème maculaire ou décollement de rétine, cette dernière complication survenant quasiment exclusivement chez les myopes entre -5 et -10 dioptries avec un taux variant entre 1 et 2 % selon les études).

les implants multifocaux

Rappel :

L'accommodation est le mécanisme qui permet à l'oeil d'augmenter son pouvoir réfractif afin de réaliser la mise au point en vision de près. La presbytie est un phénomène physiologique, lié à l'âge, en rapport avec une diminution du pouvoir d'accommodation de l’œil dû essentiellement à des modifications du cristallin, et pour certains chercheurs, à un relâchement du muscle ciliaire. La presbytie apparaît entre 40 et 45 ans.

Indication :

La correction de la presbytie par la chirurgie du cristallin peut être proposée à tout patient de plus de 55 ans ayant une perte complète de son pouvoir accommodatif, c'est-à-dire une presbytie totale ou au minimum de 2.5 Dioptries. Cette presbytie peut être isolée ou associée à une hypermétropie ou une myopie. En cas d'astigmatisme associé celui-ci devra être traité, dans le même temps opératoire ou ultérieurement, par un traitement complémentaire au laser car le résultat réfractif sera altéré par tout astigmatisme persistant.

Technique :

La chirurgie de la presbytie par la chirurgie du cristallin consiste à corriger la presbytie, associée ou non à une hypermétropie ou une myopie, par la mise en place d'un implant intraoculaire multifocal à la place du cristallin que l'on retire, qu'il soit cataracté ou non.

L'implant intraoculaire multifocal

L'implant intraoculaire multifocal est une lentille composée d'un matériau inerte synthétique transparent (le plus souvent souple) parfaitement bien toléré par l'œil qui n'entraîne pas de rejet et qui possède une puissance optique qui corrige l'aphakie (absence de cristallin) ainsi que la myopie ou l'hypermétropie associée et bien sûr la presbytie.

- sur l'optique de la lentille des zones permettant une vision nette en vision de près ;
- des zones permettant une vision nette en vision de loin.

De gros progrès ont été réalisés dans la conception des dernières générations d'implants, améliorant les performances en vision de près sans altérer la qualité de vision de loin. Ces implants sont utilisés en cas de chirurgie de la cataracte ou dans les extractions du cristallin à visée réfractive, c'est-à-dire dans les corrections des amétropies associées à la presbytie.

Chez un sujet porteur d'implants multifocaux le cerveau reçoit plusieurs images, chacune correspondant aux zones situées sur l'optique des lentilles et neutralise celle qui n'est pas utile.
La puissance de l'implant multifocal adapté à chaque œil de chaque patient est calculée au cours du bilan préopératoire pour corriger simultanément la vision de près et la vision de loin. (cf bilan préopératoire)